Salut à tous,   

57226eea4bc7a6de4bacc78be18e30d0

Du site Le Huffington Post Québec : «Les crises de demain sont souvent le refus des questions d'aujourd'hui.» - Patrick Lagadec

   ¨ La dette du Canada atteint aujourd'hui plus de 636 milliards  de dollars et semble faire partie du paysage économique depuis toujours. Une dette monstre qui semble inhérente aux systèmes publics. Une fatalité divine imposée par la volonté de Dieu. Pourtant, ce problème de dette est relativement nouveau. D'un point de vue historique, l'augmentation draconienne de la créance canadienne est imputable à un seul homme: Pierre Elliott Trudeau.

La vraie histoire de la dette canadienne !

   Heureusement le Canada n'a pas toujours été aussi ridiculement endetté. Entre 1867 et 1974, la dette canadienne atteignait un maigre 21,6 milliards de dollars. Pourtant, durant cette période de 107 ans, la nation canadienne a dû composer avec des dépenses colossales. Le Canada a  traversé deux guerres mondiales, a traversé la grande crise financière de 1929, a construit des infrastructures titanesques: la voie maritime du St-Laurent, l'autoroute Trans-Canada, des aéroports internationaux, le chemin de fer transcontinental, sans oublier notre système de soins de santé universel et tous les autres programmes sociaux. Tout cela pour  la modique somme de 21,6G de huards à payer rubis sur l'ongle: What a deal !

La grande trahison de Pierre Elliott Trudeau !

   «Pierre-Elliott Trudeau a fait la folie de déléguer la souveraineté monétaire du Canada à un groupe de banquiers privés internationaux. Scandale»

Trudeau, de père en fils !

   Il y a de bonnes vieilles habitudes qui ne se perdent pas: l'amour de la  dette et la passion des gros chiffres. Justin semble reprendre la balle   au bond. Là où son père l'avait laissée. Derrière son sourire 5 étoiles, sa bonne humeur contagieuse se cache un second cadeau de Grec: le budget inaugural des libéraux prédit des déficits pour au moins cinq ans, pour un total de 113 milliards de dollars et ce chiffre pourrait même atteindre 200 milliards , de quoi rassurer l'establishement des grandes banques.

Conclusion !

    Maintenant, deux choix diamétralement opposés s'offrent à toi: certains vont partager cet article et militer pour changer les choses; d'autres vont plutôt acheter des actions de nos solides banques canadiennes qui offrent d'excellents rendements et un généreux dividende de 3,5 % ou plus.

Chacun sa voie, chacun son combat !   ( Voir l`article au complet )

http://quebec.huffingtonpost.ca/dominic-goulet-lapointe/cadeau-empoisonne-des-trudeau_b_12689064.html?ncid=tweetlnkcahpmg00000011

Pégé