Salut à tous,  

Alain_Baud_dans_les_vignes

Du site Russie Info : La Franche-Comté et le Kraï de l’Altaï coopèrent pour la création d’un vignoble «laboratoire» aux cépages français. Une occasion de promouvoir les vins du Jura dans cette région sibérienne en demande de vins jaunes.

   ¨ Pour la première fois dans la région de l’AltaÏ, des cépages français ont été plantés. Depuis un an, sur trois hectares de vigne, les plants
réagissent plutôt bien sur ce petit vignoble expérimental. Le projet est supervisé par Alain Baud, vigneron dans son entreprise familiale et président des vignerons du Jura.

  L’aventure sibérienne a commencé lorsqu’Alain Baud a été approché par le conseil régional de Franche-Comté. Ce dernier, qui a l'avantage de parler russe, a été approché il y a trois ans par l’ambassade de France à Moscou. Celle-ci répondait à la demande de la région russe du Kraï de l’Altaï, de développer une coopération avec une région française dans le domaine du fromage, du lait et du vin.

Un climat à part !

  La Franche-Comté s’est progressivement rapprochée de l’Altaï afin de développer une coopération agricole et économique axée autour de la formation. Depuis deux ans, des étudiants de l’Altaï viennent apprendre à faire du vin : «Il faut former des vinificateurs, car le vin c’est une histoire de climats, de terroirs mais c’est surtout une question d’hommes et de savoir-faire » indique le spécialiste.

  Il ajoute que depuis l’éclatement du bloc soviétique, la Russie est complètement déficitaire en matière de vin et doit importer abondamment de ses anciennes républiques. « Or, l’Altaï est une région située en Sibérie méridionale où nous trouvons déjà des cultures fruitières, des baies, des agrumes et du raisin. Il s’avère qu’il y a un réel micro-climat dans le Kraï de l’Altaï», explique Alain Baud.

Premier hiver sibérien pour la vigne

   Les cépages sont Français, originaires du jura et d’autres régions de France. Dans un premier temps, l’objectif est de tester leur adaptation au climat sibérien.
« Nous n’avons qu’une année de recul mais dès la première année la vigne a poussé très rapidement puisqu’après quatre mois de la plantation, elle faisait deux mètres de haut. La deuxième année devrait être encourageante », prévoit Alain Baud qui attend aujourd’hui que l’hiver passe.

   Le vigneron et ses partenaires comptent beaucoup sur la neige pour protéger les pieds de vigne car sans elle, la vigne gèlera et disparaîtra.

   « La neige est un isolement formidable et nous comptons sur la couche de neige pour préserver le vignoble. On verra au printemps, fin avril, lorsque la nature se réveillera, comment la vigne va redémarrer »¨...   ( Voir l`article au complet )

http://www.russieinfo.com/les-vins-du-jura-prennent-racine-dans-l%E2%80%99altai-siberien

Pégé Pingouin-0005