Salut à tous,

Du site Le temps : La Terre digère mal les cinq milliards de tonnes de plastique que l’homme a jetées dans la nature. Scientifiques, entrepreneurs ou simples citoyens tentent d’apporter des solutions à cette crise environnementale qui nous concerne tous.  

stopplasticpollution

   ¨ Une plage ensoleillée, le doux ressac de l’eau… et, par terre, détonnant sur le sable brunâtre, une multitude de petits points colorés. Rouges, bleus, verts ou encore violets, ils ne sautent pas immédiatement aux yeux du promeneur. Mais une fois le regard accoutumé, impossible de ne plus voir ces minuscules billes et ces bâtonnets de cotons-tiges.

  Nul besoin de se rendre à l’autre bout du monde pour constater l’invasion des plastiques. Sur les plages du Léman aussi, ce matériau s’est petit à petit incrusté dans le paysage. Il pollue l’eau, salit les rives, enlaidit le paysage. Et finit invariablement par gagner la mer où ses effets sur la santé et l’environnement sont redoutés.

  L’homme s’est rendu malade de son plastique, qu’il produit dans des quantités ahurissantes. Il est temps d’y remédier.

Le plastique, c'est fantastique

   Il faut le reconnaître: si le plastique n’existait pas, il faudrait l’inventer. Principalement dérivé du pétrole, ce matériau dispose de propriétés presque sur mesure. Tantôt souple, tantôt solide, résistant ou au contraire malléable à la chaleur…, cette néo-argile entièrement synthétique est façonnée à l’envi par les chimistes.

  Son succès est indissociable de l’essor de l’industrie chimique au début du XXe siècle, qui marque le début de ce que certains appellent le «plasticocène», l’ère du plastique. Le premier plastique à être massivement produit fut la bakélite, matière 100% synthétique mise au point en 1907 par le chimiste américano-belge Leo Baekeland. On le retrouvait notamment dans les téléphones fixes à cadran. A partir de là, les progrès de la chimie ont entraîné une avalanche de nouvelles matières plastiques qui révolutionnèrent le quotidien: collant synthétique en 1910, intérieur de voiture en 1916, bande scotch et film cellophane en 1930, nylon en 1935…, la liste est longue.

  Le plastique a donc pour lui une longue histoire de matériau miracle. Mais c’est justement ce succès foudroyant qui est aujourd’hui à la racine du problème. Il a conduit à son omniprésence et à son abondance, qui sont devenues les grands défauts de ses qualités¨...

( Voir l`article au complet )

https://labs.letemps.ch/interactive/2018/longread-homo-plasticus/

Pégé